René Guénon, Le Roi du Monde



René Guénon, Le Roi du Monde
Qui est le Roi du monde ?
Avec sa verve coutumière, René Guénon, grand occultiste, nous fait découvrir des trésors d'ésotérisme en s'intéressant à la Grèce, Rome, la Bible, l'Islam ou encore Jésus. Il démontre qu'il existe sur Terre des lieux de pouvoirs, des lieux occultes qui sont des images d'un centre du monde – à la fois géographique et spirituel – dans lequel opère un être mystérieux dont la nature est connue depuis la nuit des temps.
Ce Roi du monde doit prochainement revenir nous assure Guénon. Mais on connaît ce genre de prophéties et le peu de succès qu'elles remportent. Il n'empêche que cet ouvrage est fabuleux, vibrant d'intelligence, avec au moins cinq informations capitales par page. Je suis tout de même étonné qu'il n'y ait pas de référence à la Mecque et sa Kaaba, pas plus qu'à la Cité du Vatican ou à la personne du roi de Perse à l'époque hellénistique. Mais sans doute Guénon ne pouvait-il aborder tous les sujets.
Guénon, c'est un Freud mais un Freud de l'ésotérisme et du symbolique qui a pénétré le monde de la supra-conscience pour en tirer des images terriblement fortes qui ont pour but d'alerter : il faut entamer son réveil avant qu'il ne soit trop tard. Comme disait le Christ : « Que celui qui a des oreilles entende ! »
NOTIONS SUR L « AGARTTHA » en OCCIDENT.
ROYAUTÉ ET PONTIFICAT.
LA « SHEKINAH » ET « METATRON ».
LES TROIS FONCTIONS SUPRÊMES.
LE SYMBOLISME Du GRAAL.
« MELKI-TSEDEQ ».
« LUZ » OU LE SÉJOUR D'IMMORTALITÉ.
LE CENTRE SUPRÈME CACHÉ PENDANT LE « KALI-YUGA »
L' « OMPHALOS » ET LES BÉTYLES.
NOMS ET REPRÉSENTATIONS SYMBOLIQUES
DES CENTRES SPIRITUELS.
LOCALISATION DES CENTRES SPIRITUELS.
QUELQUES CONCLUSIONS.
Né à Blois en novembre 1886, René Guénon s'installe à Paris en 1904, afin de préparer les concours aux grandes écoles en mathématiques spéciales. Parallèlement, il s'intéresse aux mouvements occultistes de toutes sortes qui fleurissent à cette époque dans la capitale. L'année de son mariage, en 1912, il est reçu en maçonnerie à la Grande Loge de France, puis, en islam, est initié au soufisme et prend le nom d'Abdel Wahid Yahia, «le Serviteur de l'Unique». Titulaire en 1916 d'un diplôme d'études supérieures de philosophie consacré à Leibniz et au calcul infinitésimal, il fréquente Jacques Maritain et les milieux thomistes. Il voua alors sa vie à la seule quête de la Connaissance ou Somme métaphysique traditionnelle, dénonce les errements des religions occultistes, collabore à de nombreuses publications consacrée à la Science cachée, particulièrement, dès 1925, à la revue Le Voile d'Isis, qui devient bientôt Études traditionnelles. En 1928, à la mort de sa femme, il quitte Paris, puis l'Europe, pour s'installer définitivement en terre d'Islam. Il vit au Caire à partir de 1930, épouse la fille d'un cheikh en 1934. Il s'attelle à la dénonciation systématique de la rupture opérée par le monde occidental depuis la fin du Moyen Âge avec l'inspiration spirituelle qui doit commander à l'organisation religieuse et sociale : il publie Orient et Occident, qui fixe les conditions de la reconstitution d'une véritable élite (1924), puis La crise du monde moderne, Le roi du monde (1927) et Autorité spirituelle et pouvoir temporel. Il meurt le 7 janvier 1951. Il est l'auteur de vingt-six ouvrages et de trois cent cinquante articles qui formeront la matière de dix volumes.

UpLoaded.net